Rechercher
  • Matera

Marie, un voyage en vrai !

Mis à jour : mai 23

Si on avait su, on aurait pris nos valises…


Quelques semaines avant le confinement, on a pu la rencontrer. Elle qui nous a tant inspiré et qui fait sans doute partie de celles qui nous a donné envie de créer Matera Interieurs. Alors ce jour-là, on a rdv chez elle à Paris. Le ciel est gris, Paris est déjà dans un climat « gel hydro-alcoolique, gestes barrières »… Code, interphone, ascenseur étroit : on est bien à Paris. Et puis elle nous ouvre : joliment vêtue et les pieds nus ! Embarquement immédiat… pour où ? Seule elle le sait !



Elle, c’est Marie Faure-Ambroise, créatrice de Mytraveldreams, une source inépuisable de bons plans pour voyager, avec nos enfants qui plus est, des idées lumineuses, pour tous les budgets, pour tous les goûts ! Mais aussi la créatrice d’une ligne de tee shirts et de sweet sweats qui portent haut les kids et les voyages : « Bon voyage », « Mum of boys » « Mamma », « Mum of monsters » (dernier né). Soit autant de messages pas si subliminaux mais bel et bien sublimes. Tels des mantras pour clamer haut et fort nos envies d’être « mum » et femme, sans pour autant renier : 1, notre style, et 2, nos envies d’évasion !

Mais attends, ce n’est pas fini : tu veux t’échapper, respirer ? Vas donc aux Escapes Yoga organisés par Marie et Priscilla Siney (et Agnès Gliozzo quand en plus tu peux ramener tes gosses !). Et tout ça tout droit sorti de cet esprit libre et sans faux semblant qu’est la Mamma Grande. Parce que, comme elle le dit si bien : « Quand on a envie de quelque chose qui n’existe pas : il faut l’inventer » ! Ecoutant ses envies, elle a créé tout cet univers qui fait écho à nos propres envies, et qu’elle partage généreusement avec nous. Pourquoi ? Et bien parce que Marie a le cœur qui bat au rythme de toutes les Mammas. Elle ressent comme personne les besoins d’une génération de femmes qui veulent continuer à être libre de leurs mouvements, même avec des gnomes greffés sur chaque hanche, continuer à voyager, continuer à respirer, continuer à s’assumer, continuer à se marrer… Comme nous, comme toi, comme moi.

Alors chez Marie, il y a petit goût de liberté, de lâcher prise. Ce n’est pas comme sur papier glacé, ça bouge, ça grouille, c’est « habité » : des petits détails cools dans tous les coins, de jolis objets designs, des grigris ramenés de voyage (pas tant que ça !), des enfants qui se baladent pieds nus, qui sautent, qui rient, et elle qui sans langue de bois nous raconte son parcours, les moments de joie et les moments plus durs de sa vie d’entrepreneuse, la petite dernière qui cavale dans le couloir… Bref, ici, on vit ! Et cette vie-là, c’est bien ce qu’il y a de plus précieux aux yeux de Marie. La déco, les beaux objets font partie de son ADN (ses parents sont fans de design et son papa a une galerie près d’Uzes). Mais comme elle le dit elle-même : « Ici rien n’est essentiel mais tout à une histoire ! ». Peu importe le matériel, ce qui compte c’est le souvenir qu’il peut laisser.

C’est sans doute pour remplir encore « la boîte à souvenirs » de ses enfants, et la sienne aussi, qu’elle a créé, avec son mari : la Maison Réveillon. Cette fois ci le voyage se fait à 1h de Paris, dans le Vexin, où une magnifique maison (à louer !) accueille les tribus urbaines en mal de verdure. Autour de la cheminée, pas de doute que la flamme restera vive dans les yeux des boys and girls, les secrets échangés à jamais gravés, et les petits pieds (nus !) qui se posent là, chauffés pour l’éternité.

A 1h de Paris, à des heures d’avion, à des années lumières de tout… Marie nous ouvre les yeux sur l’essentiel : et si la vie c’était là, maintenant, tout de suite. Alors on prend dans un même temps une grande inspiration et nos billets pour le bout du monde… Un laisser aller sans retour.

C’est là que nos valises auraient été les bienvenues.




Que fais-tu dans la vie ?

J’ai 40 ans, 3 enfants, un super mari qui remplit des pochettes de tee shirts le soir pour m’aider ! J’ai créé Mytraveldreams, la première entreprise autour du voyage et des enfants : je donne des bons plans voyages sur mon site internet. Et en même temps… je vends des tee shirts, et en même temps… j’organise des retraites de yoga, et en même temps… j’ai créé un nouveau lieu pour les familles (Maison Réveillon, ndlr). Et à côté de ça, l’autre 50% de mon temps, je fais du conseil pour des marques en stratégie sociale et digitale : je travaille sur les plans de coms de marques, leurs stratégies sociales media. Il y a aussi des marques qui viennent me voir avec des problèmes précis comme un eshop qui n’arrive pas à vendre, ou alors une newsletter qui cherche sa ligne édito ! Dans ces cas-là, je produis du contenu. Comme j’ai été journaliste pendant 10 ans, produire du contenu… j’adore ! Typiquement, là, je suis en train de refaire une stratégie de com pour une très grosse marque, donc la moitié de mon temps lui est consacrée.



Quel est ton parcours ?

J’ai commencé dans la presse, puis dans la presse digitale. J’ai été rédactrice en chef digitale pour un magazine et puis il y a 6 ans, ce magazine a été racheté. Alors je suis partie. J’ai voyagé un peu avec Balthazar (son 2e fils, qui a aujourd’hui 5 ans, ndlr). Et en rentrant de ce voyage, je me suis dit : « Bon, qu’est-ce que je fais ? ». J’ai déjeuné avec des amis qui m’ont demandé : « Tu peux faire ça pour moi ? », « Et tu peux faire ça pour moi ? »… J’ai été auto-entrepreneur pendant 3 mois et je me suis dit qu’il fallait que je monte ma boîte… Et ça fait 5 ans !

Je me suis toujours dit que je voulais faire un truc pour moi, à moi, je ne savais pas vraiment quoi mais j’avais cette petite flamme à l’intérieur…Mon père est entrepreneur aussi… J’avais cette obsession de me dire : « Un jour je vivrais de ce que j’aime ».

Et finalement, je n’ai pas vraiment moi décidé de ce que j’aimais, je n’ai jamais eu de vraies passion dans la vie. Je suis pas ce genre de fille qui va dire « je fais du kite surf dans le monde entier » ou « j’adore les papillons »… non ! Je « kiffe » juste la vie comme elle vient. Et comme on voyageait et que beaucoup de gens me posaient des questions, je me suis dit : ce sera autour du voyage parce que j’aime ça et que les gens sont en demande de bons plans. Ça s’est fait très naturellement comme ça…

Je n’ai jamais fait un business plan, je ne me suis posée sur rien : tout est très organique. Je suis de plus en plus dans des cercles d’entrepreneurs et tous me disent : « Pose toi, prends une semaine, pars quelque part toute seule pour faire un business plan, même si ta marque est polymorphe et que tu peux faire plein de trucs, essaye de voir ce qu’est ton squelette ». Je n’ai pas encore réussi à trouver la semaine pour le faire. Je pense qu’à un moment, il faudra le faire !


A quel moment tu as décidé de créé Mytraveldreams ?

En fait les gens me demandaient des adresses, des bons plans voyage : je faisais des mails. A un moment je me suis dit que j’allais faire un Tumblr. Sachant que j’ai fait le Celsa et puis un DESS de chef de projet à Sorbonne, …un truc très geek ! J’ai eu l’envie de coder, de faire un petit site mais juste pour partager, comme ça. C’est une époque où je travaillais pour un magazine féminin. Un jour, la rédactrice en chef est venue me voir et m’a proposé de faire une page de ce contenu… Et c’est devenu une page ! On s’est demandé alors comment on appeler cette page ? Et là c’est sorti comme ça : « My travel dreams » ! Et puis, petit à petit, quand je suis partie de ce groupe de presse, je me suis dit que je voulais professionnaliser un peu le concept.

Aujourd’hui, j’ai très peu d’articles vendus. C’est du vrai contenu que je fais solo. Je ne fais pas d’opération commerciale sur le site, j’essaie de garder ça assez « pur. »


Voyager avec des enfants, ça t’a paru une évidence ?

Pour notre premier voyage avec César (son fils ainé, qui a aujourd’hui 8 ans ndlr) on est partis en Thaïlande, il devait avoir 3 ou 4 mois. En fai,t je trouve qu’à Paris et en France, ce n’est pas très facile avec des enfants : les gens sont toujours agacés parce que t’es avec tes enfants dans le train, ou alors tu n’as pas de chaise haute au restaurant. Et je trouve que dans beaucoup de pays à l’étranger, c’est beaucoup plus simple ! Quand on est allés en Asie avec César la 1ère fois, on arrivait quelque part… ils poussaient les chaises pour mettre une poussette : tout le monde était hyper kids friendly ! Je me suis dit que c’etait plus simple de voyager finalement ! Certes l’avion peut être pénible, mais une fois sur place tout est plus simple. Etre avec mes enfants m’a rendu le voyage plus cool ! Et puis, voir avec leurs yeux, c’est extraordinaire…



En quoi tu bouges les lignes ?

Tous les jours je reçois des messages de gens qui me disent : « Je suis allé au Panama, merci ! », « J’ai réussi à convaincre mon mec de faire du camping-car, c’était top ! »… A ma micro échelle, je me dis que les gens ont découvert des choses grâce à Mytraveldreams. Je pense que ça, ça a bougé les lignes.

Et puis aussi, j’espère qu’à travers tous mes témoignages d’entrepreneur, ça donne des idées à des femmes. Oui on peut sortir de sa tanière et faire des choses qui nous plaisent, et des choses qui comptent. Et moi je me suis retrouvée plusieurs fois dans des situations où on m’a dit : « T’as de la chance parce que ton mec gagne plutôt bien sa vie »… Et en fait, je voulais remettre aussi ça au cœur du débat : je vis très bien toute seule, je gagne bien ma vie. Je ne suis pas juste là à enfiler des perles ! Et voilà j’espère aussi montrer que tu peux monter une boîte, bien gagner ta vie, en étant une femme, avec des enfants… et pas parce que mon mari m’aide !


Est-ce que l’auto-entreprenariat t’apporte une forme de liberté ?

Bien sûr ! Ma semaine peut changer dans tous les sens, et c’est moi qui le décide. Je me souviens avoir entendu un philosophe il y a quelques temps qui disait que la liberté c’était justement d’avoir du temps « off ». Les gros managers dans les boîtes souvent ne gèrent pas leur emploi du temps, c’est leur assistant : quand ils arrivent le lundi matin ils « découvrent » une semaine…De comprendre que jusqu’au vendredi tu es en flux tendu sur un planning que tu n’as pas forcément choisi, c’est très angoissant… C’est vrai que moi je n’ai pas ça parce que mon emploi du temps, c’est moi qui le construis. Je me souviens effectivement que, quand tu es employée, on t’impose des choses du genre « réunion à telle heure avec untel » … Mon samedi est comme un lundi, mon dimanche est comme un mercredi…Du coup, je kiffe mes dimanches soirs ! Cette liberté me permet d’apprécier à fond chaque jour, et de partir à chaque période de vacances scolaires avec mes enfants. C’était le deal dans ma tête : si j’arrêtais d’être employée, toutes les vacances, je voulais les passer avec mes enfants. Toutes les 6 semaines je passe 2 semaines avec eux, et ça j’en suis très heureuse. Même si c’est fatiguant… je sais que j’ai une chance folle !


Avoir créé ton entreprise, en quoi ça a changé ta vie ?

J’ai moins peur des gens et des autres parce que je sais maintenant ce que je peux faire « moi toute seule ». Je me suis fait une petite carapace et je sais que, ce que pensent les autres de moi, ne me définit pas. Je n’ai pas forcément beaucoup confiance en moi mais je sais que j’ai réussi à faire ça, et ça… Quand je fais le bilan de ma boîte je réalise que j’ai accompli plein de choses. Et ça me donne un truc qui me rend plus forte, j’ai moins peur… Après, ça peut s’arrêter aussi demain, je n’ai aucune certitude… Mais je sais plus ou moins de quoi je suis capable alors je suis mieux dans mes pompes.


Justement tout ce que tu as accompli (les tee-shirts, les escapes de yoga…), comment ça t’es venu ?

En fait tout cela est venu car c’était des choses qui n’existaient pas ! Un moment, j’étais avec une amie qui a deux garçons ( moi-même j’ai deux garçons), et elle me dit : « Marie, tu sais que le hashtag « #mumofboys » est dix fois plus recherché que le « #mumofgirls » ! ». Et on s’est dit : évidemment ! Parce que c’est un vrai concept d’être « Mum of boys », les mums of girls ne peuvent pas imaginer la violence du truc ! Alors on s’est dit : « Viens on le met sur un tee-shirt » ! Et après on a fait « Mum of girls », et puis pour ceux qui ont les deux, on s’est dit, on met « Mamma ».

Et puis pour les escapes… Juste avant mes 40 ans, on voulait faire une retraite de yoga avec ma sœur. On cherche et on ne trouve que des retraites strictes, où l’on mange des graines… pas du tout quelque chose qui nous ressemble ! Et j’ai dit à ma sœur : « Si on laisse nos boulots, nos enfants, nos mecs c’est pas pour aller manger des graines ! ».

De là, j’appelle une amie (Priscilla Siney, avec qui depuis Marie fait toutes les escapes Yoga, ndlr) qui était en train de faire une formation de professeur de yoga, et je lui dis : « Tu sais, quand quelque chose n’existe pas, on fait quoi ? on l’invente ! ». Donc on s’est lancé ! En fait ça demande beaucoup d’énergie donc on n’en fait que 4 par an : deux pour les femmes, et deux pour les mamans/enfants. Et on a créé un truc génial ! C’est un cadre propice à des rencontres géniales, on rencontre des gens qui sont hors de notre cercle de vie habituel. Toutes les nanas font du business ensemble maintenant ! Et on se soutient dans une certaine « sororité ». Entre filles, on ne peut plus se lâcher !


Raconte-nous comment est né le concept de la « Maison Réveillon » ?

Encore une fois, c’est un concept qui n’existait pas donc j’ai eu envie de le faire. J’ai imaginé une maison pour les tribus ! Parce que moi, je sais que je n’aime pas rester à Paris le weekend donc je pars dès que je peux. J’aime bien voir mes enfants avec des bottes, les fesses dans la terre. Donc j’ai pensé qu’il fallait une maison pour toutes ces tribus en mal de verdure ! En plus c’est un projet que je fais avec mon mec. C’est cool parce qu’après trois enfants, je me disais : « Il faut avoir des projets ensemble ! ». Mes parents sont ensemble depuis 47 ans et mon père m’a toujours dit : « Il faut toujours avoir des projets ! ». C’est vrai qu’une fois que tu as eu tes enfants, il faut trouver la suite… Et là c’est une jolie suite !


Qu’est ce qui t’anime dans la vie ?

Les projets, l’aventure et les potes ! Les gens, échanger avec les gens… Et justement la Maison Réveillon fait que je passe du temps avec les gens et ça c’est super chouette. Parce qu’un diner avec tes amis c’est cool, mais passer un weekend avec tes amis : c’est dément. Les enfants de tes potes qui jouent avec les tiens… C’est des souvenirs que tu as toute la vie ! Le kiff c’est quand même de partager tous ces moments. En étant auto entrepreneur, tu es seule toute la journée. Ca me fait du bien de partager avec les gens !

Est-ce que, ce que tu es et ce que tu fais c’est aligné ?

Complètement. Il y a beaucoup de moi dans tout ce que je fais. Et en même temps, j’y mets uniquement ce que j’ai envie de donner, ce qui est super chouette. Je ne pourrais pas faire autre chose aujourd’hui. Mais peut être que dans 5 ans je rêverai d’avoir une équipe. Parce qu’il y a des moments où…. c’est un peu hard quand même de te lever le matin et d’être solo.


Quelles sont les connexions entre toi et chez toi ?

J’ai été élevée par des parents qui collectionnaient Prouvé et Perriand (Jean Prouvé et Charlotte Perriand sont des architectes, designers français, ndlr). Toute leur vie c’était ça, ils adoraient ! Donc j’ai grandi dans des beaux intérieurs avec ce goût des designers… Et il y a 15 ans, ils en ont eu marre, ils ont tout vendu. Ils sont partis maintenant dans le design suédois et industriel. Je me rends compte que chez moi il y a beaucoup de tout ça… Petit à petit, j’ai eu moi aussi ce goût des jolies choses. Donc il y a tout ça chez moi : mon éducation et mes parents. Quand j’achète quelque chose je demande souvent l’avis de mon père. Et puis il y a aussi quelques souvenirs de voyages mais pas tant que ça… Je ne suis pas très matérialiste, je n’ai pas grand-chose. Je ne ramène pas des milliers de choses quand je pars mais il y un petit souvenir de chaque voyage, et c’est tout.








Depuis combien de temps vous vivez ici ?

Ça fait 6 ans, j’étais enceinte de Balthazar. Récemment on s’est posé la question de déménager, mais c’était déménager ou acheter la Maison Réveillon... On a pris la Maison Réveillon. Mais on est bien ici, on adore recevoir donc on la place pour ça. Après, moi, j’adore changer des choses. J’ai des souvenirs de ma maman qui, une fois par mois changeait tout ! On rentrait de l’école et notre lit avait changé de place, telle table était dans l’autre sens… Chez moi aussi je fais ça, je change des petites choses, je réinvente.




Quelle est la pièce que tu préfères ?

Aujourd’hui c’est le salon. Pour la Maison Réveillon on a rapatrié le canapé et la table basse là-bas donc on a ici une nouvelle table basse et un tout nouveau canapé qui me donne envie de m’avachir dedans !






Qu’est-ce qu’on entend chez toi ?

(A ce moment, on entend ses enfants qui jouent dans leurs chambres, ndlr) Ceux-là ! On entend les enfants crier !



Qu’est-ce que ça sent chez toi ?

Le café !


Quel est ton objet de déco favori ?

Il n’y a pas UN objet que j’aime plus qu’un autre. Mais tout a une histoire quand même ! Ça par exemple (Marie nous montre une poterie juste derrière elle, ndlr). Mes parents ont une maison dans les Cévennes qui est à côté d’Anduze, une ville qui est très connue pour les poteries : on voulait s’en acheter une. Et celle-çi en fait, c’est un monsieur qui l’avait faite pour son portail d’entrée. Comme il ne l’avait pas faite comme il voulait, il la vendait et on l’a adorée. Quand je la regarde je pense aux Cévennes chez mes parents.

La moitié des objets, des meubles, je les ai mis dans la Maison Réveillon, parce qu’il n’ y a rien auquel je suis vraiment attaché. Rien n’a de valeur, tout a une histoire. Tu pourrais tout m’enlever ce n’est pas ce qui est important pour moi. Mes parents m’ont élevée comme ça en fait…



Est-ce que vous avez des rituels familiaux ?

On se lève à 8h moins 10… (Son plus grand fils, César, 8 ans, passe et complète : « On va à l’école en courant ! »). Franchement c’est terrible, on a une désorganisation totale. Le réveil sonne à 7h30 et Balthazar vient nous voir en disant : « Vous pouvez vous réveiller parce qu’on va encore être en retard ! ». Mon mec négocie pour que je fasse les cafés, je négocie pour qu’il fasse les cafés. L’un de nous lâche quand Suzanne appelle en disant : « Y’a quelqu’un ? ». On habille les enfants, on part… J’adore les gens qui ont des rituels ! Je trouverai ça trop cool d’en avoir.




Quelle est l’empreinte de vos enfants ici ?

On a fait en sorte qu’il n’y ait pas de jeux partout dans l’appart. Leurs jeux sont dans leurs chambres : ils peuvent mettre le bazar qu’ils veulent dans leurs chambres. Mais depuis qu’ils sont nés ce sont eux qui se sont adaptés à nous et pas le contraire : on n’a pas arrêté de sortir, pas arrêté de voyager… Leur empreinte c’est plutôt que le frigo est plein aujourd’hui alors qu’avant il était vide ! Leur empreinte est totalement positive : je mange mieux !

Tes 3 adresses déco incontournables ?

Bergamotte : j’adore les plantes séchées, j’en mets partout ! J’adore en offrir.

www.bergamotte.fr

Alinea : Quand on a lancé la Maison Réveillon on a cherché des partenaires. Et un jour j’ai été contactée par Alinea. Ça ne me parlait pas du tout… J’ai été dans une de leurs boutiques et là je découvre leurs linge de maison : que du lin lavé canon made in Portugal, les lits pareils, des supers matelas… Du coup on a fait un partenariat avec eux ! Ils font plein de trucs supers chouettes !

www.alinea.com

Emmaüs, Le bon coin : on y trouve tout !

Et pour les kids : les étagères tidy books !

www.tidy-books.fr


Un intérieur réussi c’est quoi pour toi ?

Je suis angoissée quand je rentre chez des gens et que tout est parfait. J’aime quand il y a des fautes de goût et quand on sent qu’il y a des gens qui vivent là, et pas juste un objet là parce que c’est à la mode. J’aime bien être surprise ! Et j’adore les feux de cheminée…



REFERENCES


Salon

Canapé kave home velours rose : https://kavehome.com/fr

Tapis du salon : les souks de marrakech !

Table basse vintage


Entrée

Herbiers : https://herbarium.fr/


Chambre parentale

Lampes de chevet : Philips Vintage (achetée dans la galerie du père de Marie !)

1,216 vues

©2019 par matera. Créé avec Wix.com