Rechercher
  • Matera

Dorothée de Bilboquetdeco, la vie en couleurs !

Mis à jour : 22 déc. 2019


Un vendredi matin, Gare du Nord-Lille Europe, il est tôt. On a froid, il bruine à Lille, on a une légère goutte au nez, mais jolie la goutte hein, on est blêmes. Alors après nous être perdues dix fois… le flair un peu congelé, on a trouvé, enfin !

On n’aurait pas pu imaginer qu’au bout de ce chemin il y ait cette antre là : une très jolie maison avec un immense jardin et une marchande de couleurs derrière la porte. La lumière au bout du tunnel ! Tout est beau ici, même les tasses du café qu’elle nous a chaleureusement proposé. Elle a un contact direct, sans faux semblant : elle nous a posé mille questions, elle nous a parlé de Feng Shui, elle nous a fait faire le tour de sa maison. Un coin autour de la cheminée nous a tendu les bras, alors on s’est posé là et on a repris des couleurs. 


Elle, c’est Dorothée Sartorius, créatrice du compte Bilboquet déco, une influenceuse “couleurs”, qui réunit déjà plus de 35 000 adeptes (addicts !), amoureux des couleurs qu’elle propose et avides de ses conseils déco. Au démarrage, il y a 5 ans, Bilboquet Déco, était un compte où l’on pouvait acheter des meubles chinés que Dorothée avait retapés et colorisés, en faisant ses propres mélanges de couleurs. A l’époque, les meubles se vendent très (très) bien, et ça aurait pu continuer tranquillement sur ce tempo...

Mais c’est sans compter sur cette fille qui aime le mouvement, le changement, il faut que ça bouge ! Une collab avec Cyrillus Home pour laquelle Dorothée a imaginé une collection de meubles rétros aux lignes subtiles et aux couleurs enchanteuses… Succès ! Tout ce qu’elle touche se transforme en or, en doré, en bleu, en vert, en rose… Alors à force de tourner autour du pot (de peinture), elle a décidé il y a quelques mois de créer sa propre gamme de couleurs. Soutenue par sa communauté de fans, elle lance en ce moment même sa marque de peintures. « Joues à bisou », « chamalow grillés », « caramel au beurre salé », « classe verte » et tant d’autres couleurs aux noms alléchants composent son nuancier. Des noms qu’on imagine choisis avec ses 4 enfants et son mari (lui-même qui a eu l’idée du nom « Bilboquet »). Des couleurs franches mais douces, tendances mais intemporelles, qui peuvent passer toutes les saisons sans pâlir.


Chez elle, Dorothée a définitivement laissé entrer les couleurs, les siennes bien sûr, mais aussi celles, brutes, de la nature. Car dans son intérieur, l’extérieur prend une place folle : tout est ouvert ! Des fenêtres encadrent entièrement le canapé telle une immense toile champêtre, une baie vitrée s’invite à table dans la salle à manger, dans la cuisine une verrière coulisse vers la salle de jeux des enfants (quelle idée de génie !), une salle de jeux avec accès direct à la terrasse… Où que l’on soit le jardin est à portée de main. La maison fait corps avec la nature. Les objets (beaucoup en bois), les couleurs aux murs, tout passera au gré des saisons et des humeurs de la personnalité qui y vit. Telle la fée des Lilas dans Peau d’âne qui invente des robes couleur de lune, couleur de soleil, couleur du temps… Dorothée a créé une gamme d'environ 30 nuances pour se marier aux couleurs des saisons et du temps de son fief lillois. Des couleurs pour faire vivre sa maison, toujours en mouvement donc, comme elle.







Quel est ton parcours ?

Vaste question ! Aujourd’hui je développe une société de peinture murale, et papier peints. Cette idée a émergé il y a 6 mois et avant cela, je restaurais des meubles depuis 6 ans. J’ai un parcours atypique parce qu’après une école de commerce à Reims, j’ai fait de la finance. J’ai bossé ensuite dans une banque à Paris, ce qui ne m’épanouissait pas tellement... Mon mari a changé de boulot, alors nous sommes rentrés dans le Nord. J’en ai profité pour changer : j’ai fait de l'événementiel pendant 8 mois et je suis tombée enceinte. Là je me suis dit : j’ai un peu de temps pour moi, alors je commence autre chose. Je me suis alors rendue compte que tout ce qui était manuel et artistique, me plaisait, bien plus que je ne l’imaginais ! Peinture, céramique, couture... Et puis comme nous venions d’emménager dans une maison, j’allais chez Emmaüs pour meubler notre intérieur, je repeignais les meubles chinés... Je me suis mise à faire ça un peu plus et poussée par mes amis, je les ai mis en vente...



Pourquoi avoir créé Bilboquet déco ?

Au départ c’était un compte Instagram, je ne voulais pas le mettre sous mon vrai nom, car honnêtement, ça peut paraître bête mais, je n’assumais pas forcément ce que je faisais... Au début, je ne me sentais pas légitime dans le fait de retaper des meubles. Je regardais des tutos sur Youtube : poncer/ peindre ! Mais je n’assumais pas tellement cette fibre artistique au départ. Je suis quelqu'un qui a les pieds sur terre, j’étais plutôt finance, très matheuse, très chiffres...Un peu simplement, on se dit toujours qu’un enfant matheux qui fait S, n'entre pas dans une case artistique. Alors je me disais « non, non je suis pas une artiste ! » ... Et finalement parce que ça a marché j’ai fini par assumer. Mais aujourd’hui encore, mon mari, ma famille et moi-même, on est très surpris de ce parcours. Ce n’était pas quelque chose de naturel à la base mais aujourd’hui je me sens très équilibrée avec cette branche artistique. Mais voilà, au début, je n’en parlais pas parce que je me disais : « je m’amuse, je ne vais pas en faire une quelque chose ». Ce nom c’est un hasard, même si je voulais un nom ludique : sur la route pour le Touquet, mon mari m’a proposé “Bilboquet”. Au début, j’ai eu du mal à me l'approprier, aujourd'hui j’adore !


Comment Bilboquet déco est devenu ce qu’il est aujourd’hui ?

J’ai d’abord vendu sur le bon coin, puis via mon compte Instagram et Facebook : ça a assez bien marché parce que c’était la mode des meubles vintage.

Et puis il y a eu un premier tournant.

Un jour j’étais avec une amie dans une brocante. Elle tombe fan d’une coiffeuse art déco, du bois marron glacé, qu’elle hésite à acheter. Je lui dis : « achète-la et si ça ne rentre pas chez toi, je te la reprends ! ». Finalement, ça ne va pas chez elle. Alors je me retrouve avec cette “horreur” dans mon entrée... Je ne savais pas quoi en faire. Je me suis dit : je la peins, je la poste et on verra... J’avais la trouille car Instagram peut être très réactif et te faire comprendre que ce n’est pas beau ! Je poste le truc et là : énorme buzz ! Beaucoup de gens la voulaient... Je me disais : « les gens sont vraiment trop sympas » ! Donc je suis partie à fond dans les coiffeuses à retaper... Je pense que c’est ce qui a été un premier virage car ça a donné plus de personnalité à mon compte. Autre tournant : ma rencontre avec Cyrillus. Je suis contactée un jour par quelqu’un de chez eux. On se rencontre, on s’entend bien et elle me propose de dessiner une gamme de meubles à mon nom. Je me dis encore « mais ils sont trop sympas » ! Je suis toujours surprise du nombre de gens qui me suivent, des gens qui font confiance à Bilboquet et me demande régulièrement pourquoi? Donc on a fait cette collab’: je leur ai dessiné 10 meubles. C’était vraiment hyper sympa à faire. La relation a été top et c’est ce qui m’a le plus plu ! Et puis il y a un an, nous avons déménagé dans cette maison. Et là je décide de ne plus retaper de meubles ! Pour plusieurs raisons, en arrivant ici j’ai eu envie de changer de projet. Là j’ai fait une pause, déjà pour faire des travaux dans ma maison et aussi pour prendre le temps de réfléchir. Je sentais que je m’essouflais et que je finirais donc par lasser les gens. Et ça fait des années que mon mari me dit : « tu devrais réfléchir à vendre de la peinture parce que tu vois bien que les gens te parlent plus souvent de la couleur de tes meubles que de tes meubles... ». Et moi je me disais que non, je ne suis pas une entrepreneuse dans l’âme je suis juste une fille qui peint des meubles quand ses enfants font la sieste ! Je ne me voyais pas gérer des relations avec des industriels. Et puis ça a fait son chemin... Mon beau-frère, Hugo, qui a bossé avec moi quelques mois, m’a beaucoup aidée pour comprendre mes envies et avancer dans cette direction. Seule, je n’aurais pas osé avancer d’un si grand pas. En résumé, il faut comprendre dans cette aventure que tout n’est pas si simple et beau que ce que vous voyez sur Instagram. Comme pour chaque métier, il y a des contraintes. J’ai souvent été seule, à chiner très tôt le matin, poncer dans le froid, gérer et animer une communauté en permanence. C’est un métier de passion mais c’est quand même un boulot. Ça na pas toujours été confortable... Et je me suis souvent remise en question. L’outil Insta n’est pas que facile, même si la communauté me porte : on ne voit que la face dorée des choses... C’est un travail de longue haleine, mais c’est fun ! C’est une super aventure. Je prends tout ça avec beaucoup de recul parce que je n’ai pas une ambition démesurée pour Bilboquetdeco. J’avance un pas après l’autre sur un chemin qui n’est pas droit et qui me surprend moi-même chaque jour !

Si tu m’avais dit il y a 5 ans : "tu vas créer une boite et faire tout ça", j’aurais eu peur. Mais aujourd’hui, j’ai confiance et je remercie vraiment ceux qui me suivent !


Tableaux @tableaux-de-bilboquetdeco

Rideaux sur mesure. mesrideaux.fr



Pourquoi avoir voulu créé aujourd’hui une gamme de peintures ?

L’idée que je voudrais véhiculer c’est : avoir un intérieur qui nous ressemble pour y être bien. Je pense qu’il faut s’écouter et s’amuser. La peinture que je propose va bouger les lignes dans le sens où la gamme est courte et peut rassurer ceux qui veulent oser la couleur. La prise de risque déco est quasi-nulle car les coloris ont déjà été drastiquement sélectionnés. Je trouve que c’est sympa d’oser, de tenter.

Après moi-même, je n’ai pas une déco « délire » mais elle me ressemble. Je trouve génial quand on arrive chez quelqu’un et qu’on sent que c’est chez eux et qu’ils aiment leur maison !

J’aime les gens qui ont un intérieur très personnel, qui se sont appropriés les lieux. Ma maman décorait sa maison en fonction des fêtes : la période de Noël c’était explosif de déco ! Elle n’a jamais été influencée, elle a une déco très personnelle.

J’adore les gens très authentiques, où tout est aligné : eux et leur intérieur !


Tableaux @tableaux-de-bilboquetdeco / Suspension dégotée chez summercamp-home.comn

Chambre de fillette


Chambre parentale / Suspension Alix D.Reynis : alixdreynis.com



Quel est le lien entre toi et chez toi ?

Ça bouge toujours ! Si vous revenez dans un an, tout sera différent. Je change en permanence ma déco, mes couleurs. Ma maison vit en fonction des saisons, de mes envies. L’hiver on est autour de ce feu, l’été il n’y a plus de fauteuils et on est tous dehors. Je veux qu’il n’y ait rien de permanent, qu’on se laisse la liberté de changer. Et je ne parle pas de budget. L’idée c’est de changer en ressortant par exemple mes vieux fauteuils du garage, changer des coussins, des tableaux ou peindre un mur... Je suis assez audacieuse, j’ai pas mal d’énergie. J’aime avoir du monde, me marrer, je suis plutôt extravertie. J’essaie de faire en sorte qu’il y ait des espaces pour se poser, se rencontrer. Après le bain, j’adore que mes enfants se posent sur un tapis ensemble, plutôt que chacun dans sa chambre. J’aime bien me dire que c’est une maison où, si il y a du monde, il y a de la place. Il faut se sentir bien et vivre sa maison comme on a envie de la vivre !


Ta pièce préférée ?

La cuisine ! Je trouve qu’une cuisine c’est beaucoup plus rigolo : on peut jouer avec les différents matériaux. C’est la pièce la plus intéressante, la plus difficile aussi... Le fait d’avoir des matériaux différents oblige à composer : les contraintes influencent la couleur pour faire la déco ! J’aime bien quand il y a un jeu compliqué de matériaux. Il parait qu’en Feng shui, la cuisine représente la créativité !


Cuisine / Suspension Alix D. Reynis : alixdreynis.com




On entend quoi chez toi ?

Le silence... clairement jamais ! Je mets de la musique l’hiver... Et beaucoup beaucoup beaucoup d’enfants qui parlent ! J’ai des enfants très présents. Ils ne sont jamais là-haut dans leur chambre à faire des Kaplas, ça n’existe pas ça ! Ils sont très souvent dans mes pattes, ils me racontent leurs petits trucs... Mais j’aime ça.

En vrai, je les mettrai toujours en priorité ! C’est pour ça aussi que j’ai du recul sur ce que je fais parce que mon premier moteur ce sont mes enfants : leur confort, leur fatigue, ce qu’ils vont manger... Je suis très concentrée sur ma vie de famille.


Un lieu pour un rituel familial ?

Cela varie en fonction des saisons ! L’hiver, après l’école : on fait un feu, on met de la musique et les filles font leurs devoirs par terre. L’été, ils sont dehors tout le temps. Ils sont toujours à quatre dans une pièce. Ils sont rarement séparés. En fait ils sont là où je suis !




Ça sent quoi chez toi ?

J’aime les fleurs ! J’en ai toujours beaucoup. Le café sinon ! Je ne suis pas très parfum... Pour le coup ça ne sent pas la cuisine, je ne fais pas tellement la cuisine, pas de plats mijotés et tout c’est pas du tout mon truc ! Malheureusement..


Ta matière préférée

Le bois ! Car c’est chaud… Quand je vois des photos de déco sans bois, ce n’est pas moi ! J’ai besoin de beaucoup beaucoup de bois !


Tes objets favoris ?

Les luminaires : chez moi, c’est une expo de lampes. Béatrice Desrousseaux, AMPM, Georgestore, Les Petits Bohèmes… Il y en a partout, dans tous les coins. Si il y a bien quelque chose dont il faut beaucoup ce sont des luminaires !

Et aussi : les assises ! Il en faut beaucoup ! Ce que je recherche c’est la convivialité, il faut toujours une place pour quelqu’un qui passe....


Suspensions chinées


Salon / Suspension Pale Georgestore : georgesstore.com


Quels sont les lieux qui t’inspirent ?

Ce qui m’inspire ça va être des ambiances plus que des lieux. Les maisons vivantes qui respirent le bonheur, avec plein d’enfants.


Un intérieur réussi ?

Un intérieur personnel !

Une idée que j’aimerai véhiculer ; essayez de sortir de ce qu’on voit…

Osez ! Marrez vous ! Assumez !


Trousses de toilette Gabrielle Paris : gabrielle-paris.com



3 adresses déco :

. Luminaires Béatrice Desrousseaux : beatricedesrousseaux.fr

. Monoprix, « leur déco est super ! »

. Le marchand d’oublis, « de la broc ! » : marchanddoublis.com



Salle de jeu / papier Peint Raphaël de Sandberg


Salle de bain des kids !

Salon / Suspension Pale : georgestore.com


Le palier, là où les enfants aiment se retrouver !







1,531 vues

©2019 par matera. Créé avec Wix.com